RSS
RSS






 

Lire la suite
Le monde a changé. Une espèce supérieure a pris notre place. Des créatures qui n’existaient alors que dans les légendes. Mais la vérité, c’est que ces créatures, à la fois fascinantes et terrifiantes, sont bien réelles, et rôdent dans l’obscurité de notre monde depuis bien longtemps déjà. Je ne peux me résoudre à nommer ces êtres si particuliers. Je me dois cependant de vous les décrire. Je vous parle d’individus qui n’ont d’humain que l’apparence, et qui, à la lumière du jour, préfèrent les ténèbres de la nuit, plus propices à leurs activités sanglantes. Je vous parle d’êtres aux dents longues et suffisamment acérées pour percer la chair de votre cou et en faire perler le sang. Je vous parle de bêtes incontrôlables, obsédées par le besoin de s’abreuver, et qui ne reculeront devant rien pour l’assouvir. Et aujourd’hui, ces créatures sortent enfin de l’ombre. Parce qu’aujourd’hui, elles n’ont plus rien à craindre de l’Homme. Et nous, nous pauvres humains qui nous pensions si infaillibles, nous ne pouvons pas les arrêter. Et bientôt, il ne restera plus rien du monde d’antan que nous chérissions tant.

28/05/2018 Ouverture du forum
02/06/2018 Ouverture du jeu
08/07/2018 Modification du contexte et des annexes
02/08/2018 Changement de design


Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 10/05/2018
Immaculé
Who am i !

Who am I
Je suis: l'hybride immortel
Je ressemble à: Joseph Morgan
On me connaît aussi sous le nom de: /

There is a Ghost in the Mirror

MessageSujet: Re: There is a Ghost in the Mirror Lun 1 Oct - 13:13


I can't be kill, I am immortal





Well I know there can come fire from the sky to refine the purest of kings and even though I know this fire brings me pain

Parfois, il est plus important de lutter que de vaincre. C’est ce que pensent, à tort, les personnes pour qui la lutte constitue la raison même de leur existence. Il était loin d’épouser ces idéaux romanesques et préférait de loin tout écraser, vaincre et apporter à sa gloire, le triomphe et l’éclat des grands guerriers. Son regard s’ancre dans le tien, un fin sourire s’autorise la délicatesse de répondre au tien. Connaissant la légèreté de la tendresse après un combat durement mené, connaissant la sensualité brutale de toute cette animosité. Hypnotisé par ses propres pas de danse, il se laisse bercer par ta soumission illusoire. Ta joue frôle la sienne et il écoute attentivement ta voix, sans détacher les paroles des sons, savourant uniquement l’exquise sensation de te savoir à jamais éprise de ce combat. Ses prunelles s’obscurcissent et il passe très lentement sa langue sur ses lèvres, se reculant lorsque tu romps la valse. Il remonte son menton, arque un sourcil et son sourire s’élargit. D’une douceur espiègle, presque compatissante, il te murmure dans un brin de voix rauque et nonchalant :

« - Il n’est de pire sacrifice que celui que l’on considère comme nécessaire à notre seule survie. »

Il se rapproche et hausse les sourcils, il s’arrête. Te laissant bouger au gré des notes que tu tentais d’imposer et dont tu perdais la mesure. Il agrandit légèrement les yeux, le sarcasme et la violence des paroles qu’il voulait énoncer, s’étouffe avant même de naître au creux de sa gorge. Tu t’effondrais, et un élan particulier en lui tentait désespérément de te prodiguer la force nécessaire de lui tenir tête. Ce paradoxe rendait à sa présence et à sa conscience, une amertume qui lui seyait depuis des siècles. La colère avait tant usé, qu’au final… il ne restait plus que son ombre peignant ses pensées, et à présent les tiennes.

Il incline son regard et te contemple, la détresse, la douleur… probablement la force poignante d’une souffrance que tu vivais avec autant de grâce. Il s’autorise un pas, franchissant l’estrade et se cambrant légèrement pour être à ta hauteur, sa main, dans un geste leste se dirige sous ton menton, qu’il relève à l’aide de son index replié. Il n’y avait rien d’amer, rien de violent dans ses gestes, si ce n’est le regard impérieux et intransigeant dont il ne pouvait se défaire. Il fronce les sourcils et détache alors du bout de ses lèvres :

« - Je vais te laisser l’espoir de croire que nous sommes différents. »

Il rapproche son visage, épargnant à son expression, la douceur blasphématoire d’un sourire. Il incline alors son regard et souffle dans un murmure presque inconsistant et inaudible :

« - Je suis prêt à accéder à ta requête, malheureusement mon état ne me le permet pas. Il me faudrait une contribution… »

Cette fois, il ne peut réprimer un sourire. Il n’y avait rien de véniel, rien de mesquin dans sa proposition et dans ce sourire maladroit qui se voulait plus cynique qu’amusé. Il plisse alors les lèvres et le front, s’autorisant un brin d’ironie avant de te fixer :

« - Vois cela comme un don de sang pour une association sans but lucratif. »

Il retire son index de sous ton menton et inspire légèrement. Son corps reprenait peu à peu ses fonctions vitales, mais la force ne lui était guère acquise. Le liquide qui coule encore dans ses veines se dissipe, mais son sang ne peut être renouvelé sans aide extérieure. Et tu étais malheureusement la seule personne vivante dans cette prison de fortune, capable de lui octroyer le liquide qui te sauverait.

« - Tu as les cartes en main, petite éphémère… Soit je peux t’aider et on sort tous les deux de cette cave miteuse… soit tu meurs dans ta propre bêtise…. Sans avoir eu l’opportunité de réellement apprendre à vivre. »


@Upside Down [E.M]

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 01/09/2018
Insoumise
Who am i !

There is a Ghost in the Mirror

MessageSujet: Re: There is a Ghost in the Mirror Mar 23 Oct - 15:22
The
Devil
Within
Look what you made of me
https://www.youtube.com/watch?v=_SpbEmeIFj0
L’esprit qui divague exige un silence nécessaire pour ne forcer aucune trahison de soi. Elle sait que si elle tente de surenchérir, elle risquerait de faillir et donner à tes mots la victoire qu’ils méritent. Le semblant de force qu’elle veut exprimer s’échappe dans un souffle qu’elle aurait préféré réprimer. Et si elle se sent faiblir considérablement, ses yeux parviennent à s’illuminer quand ta requête résonne à ses oreilles. L’opportunité que tu lui offres, de prendre une décision qu’elle saurait honorer, est teintée d’une amertume face à la violente réalité. Elle devait concéder une partie d’elle à son ennemi pour continuer d’exister.

Loin d’être résignée, le regard qu’elle te lance donne le spectacle d’une fierté à toute épreuve. Fierté parsemé de tâches, quand elle comprend ce qu’elle doit réellement céder. Elle allait t’offrir l’opportunité de faire couler le sang de la famille Rosenwald au complet, de parachever le rouge de ce tragique tableau. Qui pourtant, s’il enlève à la gloire et à l’honneur de son nom, ne redore pas le tiens, déjà orné par celui de centaines d’autres familles qui précèdent la sienne.
Electra détourne finalement son visage à l’instant où tu libères son menton, son regard balayant la pièce alors que son esprit s’étonne de ne plus ressentir aucun mal face à la fatalité de cette scène ; jusqu’à ce qu’elle comprenne, et qu’un sourire illumine son visage pâle. Alors, elle puise en elle l’énergie nécessaire pour se redresser, ses jambes suivant lourdement le mouvement qu’elle leur ordonne d’exécuter, puis elle franchit le dernier pas qui vous sépare et redresse son visage vers le tiens.

« Je crois que tu te méprends sur le plus important… Souffle-t-elle en inclinant légèrement son regard vers ton visage pour finalement le reporter dans tes yeux : Ce n’est pas de ma volonté de vivre dont il s’agit. »

Avec difficulté, sa langue humidifie ses lèvres, comme si cela pouvait l’aider à supporter le manque d’oxygène ; comme un réflexe biologique pour trouver du réconfort là où il n’y en a pas. Elle pose finalement sa main sur ton épaule, qu’elle serre doucement, pour gagner un appuie non négligeable, dont elle a besoin pour ne plus s’écrouler devant son ennemi. Quitte à ce qu’il soit la raison pour laquelle elle reste debout.

« Mais je saurais taire cette vérité brûlante. »

Un sourire déformé par le mal qui la gagne, se dessine malgré tout sur sa bouche maligne. Le regard qu’elle relève dans le tiens, est teinté d’une fierté que tu ne connais que trop bien, même si sa présence n’est qu’une lueur au milieu de l’assombrissement général de ses prunelles. Elle redresse son menton et détourne son regard dans le vague, quand sa main entame de dégager sa chevelure blonde de son épaule. Elle maintient cependant sa paume contre sa peau et son regard roule dans la direction de ton visage. Un silence s’impose, et si l’usure et le manque d’oxygène peut la pousser à cet aveu, elle prend tout de même le soin de le taire un instant.

« En dépit de tout ce qui nous éloigne mais pour tout ce qui nous rapproche... Je ne voudrais personne d'autre que toi à l'endroit où tu te tiens. »

Sur ces mots, elle rabaisse lentement sa main et détourne son regard affaiblie pour contempler l'ensemble de ses travaux, et à travers eux tout le temps et l'énergie dépenser. Pour en arriver là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 10/05/2018
Immaculé
Who am i !

Who am I
Je suis: l'hybride immortel
Je ressemble à: Joseph Morgan
On me connaît aussi sous le nom de: /

There is a Ghost in the Mirror

MessageSujet: Re: There is a Ghost in the Mirror Mer 24 Oct - 0:10


I can't be kill, I am immortal





Well I know there can come fire from the sky to refine the purest of kings and even though I know this fire brings me pain

La chasse est un art que seuls les grands prédateurs maitrisent. Loin des petits bourgeois qui, par excès d’orgueil et manque de reconnaissance, s’armait d’un fusil d’appoint et partait à cheval à la conquête d’une forêt à laquelle ils n’étaient pas destinés. Terrible serait l’outrage porté à la subtilité d’une telle activité qui requiert bien plus que la vanité. Toute la délicatesse et la beauté de la chasse se reflète dans l’art d’amadouer sa proie par des paroles mielleuses pour l’attirer progressivement dans les ténèbres. Qu’importe l’émotion que l’on suscite, de la crainte à la colère, le seul sentiment qui domine au moment du coup de grâce, c’est la résignation. Et la fierté, aussi lumineuse soit-elle dans la mort, ne peut vaincre les ténèbres d’une telle fatalité.

Il laisse une ombre furtive habiller son regard d’un voile amer, une satisfaction dont il ne retirait aucune saveur malgré son triomphe. La colère annihilait tout sentiment étranger à sa tristesse et à sa haine, mais il pouvait encore apprécier l’élégance d’une défaite, le fiel d’une victoire. Et c’est avec une certaine autorité qu’il relève son menton, que ses céruléennes, ternies par les siècles ravagés et damnés, se plongent dans les tiennes. Dans ta chute, tu avais cette volupté envoûtante qui rendait l’instant encore plus délectable. Il s’abstient de tout commentaire, se rapprochant de ton corps et s’autorisant un toucher délicat. Sa main se pose alors sur ta hanche, se glissant progressivement jusque dans la chute de tes reins pour rapprocher ton corps du sien et te soutenir au cas où le sol se déroberait sous tes pieds. Son autre main se dépose lentement sur ta nuque, très légèrement. Son visage se rapproche lentement de la chair de ton cou, que ses lèvres caressaient sans vraiment la toucher. Il ravale sa salive, de fines veines noires se dessinaient alors sous ses yeux, ornant une dernière fois son regard d’un masque fiévreux. Il sent ses gencives être brûlées par ses propres canines qui ne tardèrent pas à profaner ta peau en s’y plantant avec précision.

C’est seulement quelques minutes plus tard, qu’il te libère de sa prise. Le sang pris était suffisant, et il ne voulait point en abuser. Un léger sourire orne ses lèvres encore maculées, lorsqu’il resserre sa poigne au niveau de tes reins, te susurrant avec arrogance :

« - Retiens la tendresse et la violence de ce jour, Electra. Parce que tu es morte une deuxième fois. »

Car il savait désormais, que seul son prénom pouvait mourir au bord de tes lèvres. Et que jamais plus, son visage ne pourrait être évincé de ton esprit. Il pourrait vivre éternellement dans tes rêves, éternellement dans ta tête, et prendrait vie dans ta colère. Il se recule et se tourne alors vers la sortie que tu avais précédemment condamnée, ses iris prennent une teinte ambre et un léger grognement lui échappe lorsqu’il prend son élan pour défoncer purement et simplement le mur qui vous faisait face. Sa silhouette disparait de l’autre côté, on peut entendre une légère toux et voir finalement son ombre battre de la main pour éloigner la poussière de ciment qui s’accumulait. Il dépose sa main dans l’encadrement de fortune qu’il avait créé avant de siffler, dans un sourire rayonnant :

« - Je ne voudrais pas remuer le couteau dans la plaie… ouh…. » Il retrousse le nez et réprime un rire « les crocs seraient plus approprié… Mais tu ferais mieux de trouver de quoi te revigorer. »


@Upside Down [E.M]

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 01/09/2018
Insoumise
Who am i !

There is a Ghost in the Mirror

MessageSujet: Re: There is a Ghost in the Mirror Mer 24 Oct - 4:55
The
Devil
Within
Look what you made of me
https://www.youtube.com/watch?v=pUZeSYsU0Uk

Electra se tient debout pour affronter un ennemi déjà triomphant, qui la conduit à accepter son sort et intrinsèquement à capituler. L’inconfort qui naît en son sein, qui l’empoigne et lui donne cette volonté de se dérober, de fuir l’inévitable, ne peut que faire grandir la blessure mortelle infligée à son ego. Ce n’est pas son regard perdu dans le vague qui notifie le premier le contact que tu lui voles, mais bien son corps qui réagit à tes gestes aussi insolents que séducteurs. Le retour à la réalité s’accompagne d’un frisson et ses lèvres s’entrouvrent spontanément pour happer le peu d’oxygène qui reste dans la pièce. Elle se tend. Ses paupières battent à plusieurs reprises. Son souffle, aussi pauvre soit-il, est saccadé. Le temps se ralentis. Et elle résiste, férocement, elle tente de retenir son regard sur ta personne, de s’épargner l’image qu’elle fuyait depuis une longue décennie. Mais elle ne peut se résigner à fuir cette vision et se l’impose d’une œillade dans ta direction, pour voir le visage qui tuera définitivement Ambre Rosenwald.

Elle pouvait voir le temps se ralentir autant qu’elle le souhaitait, mais sans pouvoir l’empêcher d’avancer. Aucun homme n’avait ce pouvoir. Elle se tord contre ton corps et pince ses lèvres sous la gêne qu’elle ressent de voir tous les droits que tu t’octroie, comme si sa vie était tienne, comme si tout ce qu’elle était t’appartenait, mais ce n’était rien comparé à la sensation qui prenait son coeur.

Et quand tu plantes tes crocs. Elle contient une plainte alors que ses doigts se crispent sur ton épaule, son souffle se coupe, et son corps entier se fige. A mesure que son sang la quitte, ses paupières se font lourdes, bien qu’elle résiste pour garder ses yeux ouverts. Elle aurait sans doute fléchis plus d’une fois si tu ne la tenais pas, et ce, malgré la fierté qu’elle avait pu ressentir. Quand tu la libères enfin, si ta prise ne s’étaient pas resserrée, elle se serait sans doute laissé bercer par son inconscient. Elle roule faiblement son visage dans ta direction, ses yeux à demi clos, alors qu’un sourire tente de se nicher sur ses lèvres asséchées.

« C’est pour cette raison que tu ne seras jamais réellement victorieux... Un immortel ne pourrait avoir cette prétention. Condamné… A l’éternité. Sans ne jamais connaître… Le plaisir qu’offre l’éphémère. La crainte… L’appréhension de la mort. L’engourdissement, l’étourdissement… Face à l’immensité de l’espace… La confrontation à notre petitesse et le court moment que l’on représente... » murmure-t-elle faiblement, son regard ancré dans le tiens. Elle déglutit difficilement, alors que tu la libères enfin de ta prise, et se détourne lentement de toi pour avancer vers son siège. Elle sourit quand elle entend ton sarcasme, d'un sourire faible et à peine visible, alors qu'elle murmure enfin pour elle-même... « Non… Je ne t’envie définitivement rien, Niklaus… Mikaelson. »
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

There is a Ghost in the Mirror

MessageSujet: Re: There is a Ghost in the Mirror
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» GHOST ISLAND
» Animation Ghost Stories
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Ghost in the shell : un remake en live ?
» Ghost in the Shell Arise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-