RSS
RSS






 

Lire la suite
Le monde a changé. Une espèce supérieure a pris notre place. Des créatures qui n’existaient alors que dans les légendes. Mais la vérité, c’est que ces créatures, à la fois fascinantes et terrifiantes, sont bien réelles, et rôdent dans l’obscurité de notre monde depuis bien longtemps déjà. Je ne peux me résoudre à nommer ces êtres si particuliers. Je me dois cependant de vous les décrire. Je vous parle d’individus qui n’ont d’humain que l’apparence, et qui, à la lumière du jour, préfèrent les ténèbres de la nuit, plus propices à leurs activités sanglantes. Je vous parle d’êtres aux dents longues et suffisamment acérées pour percer la chair de votre cou et en faire perler le sang. Je vous parle de bêtes incontrôlables, obsédées par le besoin de s’abreuver, et qui ne reculeront devant rien pour l’assouvir. Et aujourd’hui, ces créatures sortent enfin de l’ombre. Parce qu’aujourd’hui, elles n’ont plus rien à craindre de l’Homme. Et nous, nous pauvres humains qui nous pensions si infaillibles, nous ne pouvons pas les arrêter. Et bientôt, il ne restera plus rien du monde d’antan que nous chérissions tant.

28/05/2018 Ouverture du forum
02/06/2018 Ouverture du jeu
08/07/2018 Modification du contexte et des annexes
02/08/2018 Changement de design


avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 20/09/2018
Élite
Who am i !

Mother and Son. Feat. Charlie

MessageSujet: Mother and Son. Feat. Charlie Dim 14 Oct - 19:17

Mother and Son
Charlie et Asling

« You're the devil in disguise, oh yes you are. »
C'était une nuit douce, tranquille, presque trop... Silencieuse. Ses pas sur le pavé m'électrisaient encore, ceux de Dae, je la suivais, telle une ombre, sans jamais me lasser. C'était amusant de l'épier tout en sachant qu'elle se savait surveillée par mon regard d'obsédé. C'était presque un jeu. Jusqu'à ce que les arômes d'une autre vampire viennent s'emparer de ma curiosité. Serait-ce seulement possible ? Elle ? à Downside ? Me détournant de ma délicieuse rouquine, je déviais mon chemin pour pister une toute autre créature, tout aussi sublime. Mais d'autant plus dangereuse. Depuis près d'un siècle, je fuis ses sbires, me dissimulant telle une fumée qu'on aurait l'audace d'essayer d'attraper par des griffes trop lentes. Mais, elle était seule, et l'envie de la revoir, de m'amuser, me tirailla un peu trop du côté obscur. C'est pourquoi je me suis retrouvé dans ce caveau, celui-là même où son odeur m'avait guidé. Je suis un piètre chasseur lorsqu'il s'agit de discrétion. Peut-être m'a-t-elle senti derrière elle, je l'ignore. Toujours est-il que je l'observe, je détaille son visage, savourant chacun des traits que j'aurais pu oublier au cours de toutes ces années. Enfin, un sourire s'esquisse sur mes lèvres charnues, presque aussi rouges que les siennes. Un trait de famille involontaire ? " Vous êtes toujours aussi belle... Mère. " je ne peux guère m'en empêcher, malgré l'insolence de mes propos, du danger qu'ils peuvent représenter, je crois que j'aime cela... provoquer. La provoquer. De tous ses enfants, j'ai été probablement l'un des moins dociles, mais également l'un des plus pervers, pour sûr. Car désirer physiquement sa mère spirituelle, et pire, entretenir une relation charnelle auprès d'elle, il faut tout de même avoir un sacré grain. Dix ans où elle m'a couvé, dix ans où nous avions profité de cette relation malsaine, qu'elle devait sans doute partager avec d'autres. Générant ainsi ma jalousie. Même si je n'en étais pas amoureux, j'étais comme... Soumis à elle. En admiration également, de son pouvoir, de sa prestance et de sa richesse... Et puis je suis parti. J'ai fui notre famille du fait d'une ambition bien trop vivace pour cesser d'évoluer au sein de cet îlot protecteur et hors du temps. Et je crois, avoir ainsi provoqué sa colère. Mais peut-être qu'aujourd'hui serait le jour du cessez le feu, qu'en sais-je ? " Vous allez me châtier pour être parti ? J'ai cru comprendre que mes frères me poursuivaient encore... " signe d'une rancune tenace. Lentement, je m'avançais vers elle, cette silhouette longiligne si sublime à ma vue, encore aujourd'hui. Mon regard joueur ose confronter le sien avec audace. " Vous m'avez manqué... Vous particulièrement. " ce que je cherche ? La séduire ? Je ne pense pas... L'amadouer ? Probablement... Peut-être aussi que je m'ennuie et que j'ai besoin de distraction, il y a tant de raisons possibles à ce comportement des plus déplacés et presque suicidaires. 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 7
Date d'inscription : 07/10/2018
Élite
Who am i !

Mother and Son. Feat. Charlie

MessageSujet: Re: Mother and Son. Feat. Charlie Jeu 25 Oct - 0:15
Mother and Son
Asling & Charlie
I find it hard to tell you, I find it hard to take when people run in circles it's a very very mad world, mad world.

Enlarge your world.

Les raisons de foutre les pieds dans ce caveau poussiéreux devaient être très bonnes pour que Charlie s'y colle elle-même. Cela faisait une éternité qu'elle ne dormait plus dans les cimetières. L'avantage de posséder une chaîne d'hôtels de luxe, c'est qu'on dispose des meilleures chambres quand on en a envie. Ce soir n'était pas une exception et d'ailleurs Charlie n'était pas venue là pour y passer la nuit. Il y avait une chose dont elle devait s'assurer et elle ne voulait pas y envoyer ses infants. Seul ses propres yeux pourraient lui affirmer ce qu'elle redoutait. A l'intérieur de la batisse construite sous terre, il y avait un énorme cercueil, encore bien entretenu mais qu'elle soupçonnait vide depuis quelques jours. Celle qui aurait dû être dedans n'était apparemment pas aussi morte que ce que Charlie le pensait et ça n'arrangeait absolument pas ses affaires. Lorsque la vampire donnait un travail à quelqu'un, elle s'attendait à ce qu'il soit fait correctement. Et si l'un de ses larbins (parce qu'ils n'étaient clairement rien d'autre que ça) avait foiré son travail, elle allait devoir sévir. Elle s'approcha de la pierre froide, sur laquelle elle laissa glisser le bout de ses doigts. Il n'y avait que très peu de poussière, laissant supposer que quelqu'un venait régulièrement nettoyer les lieux. Charlie glissa ses doigts sur les rebords du couvercles et le poussa d'un coup, sans aucun respect pour la morte qui était supposée être à l'intérieur. Et qui n'y était pas. Un rictus de haine traversa son doux visage pendant une seconde, mais elle ne s'attarda pas. Elle fit le tour et remit le couvercle à sa place, afin de ne laisser aucun soupçon à sa venue. Elle mettrait elle-même la main sur cette garde pour l'enterrer vivante s'il le fallait.

Charlie tapota ses mains sur sa robe rouge pour en retirer la poussière, lorsqu'une odeur lui parvint. L'image du jeune homme lui sauta à l'esprit avant qu'il ne se montre. Les deux là avaient été tellement proches pendant un moment qu'elle n'aurait pas pu oublier l'odeur qui allait avec ce parfum de peau. Elle tourna la tête vers les petits escaliers qui descendaient et ses yeux découvrirent le corps musclé d'Asling, qu'elle n'avait pas vu depuis... Elle avait arrêté de compter. Mais longtemps. "Vous êtes toujours aussi belle... Mère." Un frisson d'agacement frappa l'échine de la vampire. "Je ne suis pas ta mère." répondit-elle sèchement. Elle n'était la mère de personne. Elle était une protectrice, une créatrice, un bourreau parfois, mais elle n'était pas une mère. Elle se tourna lentement vers lui en croisant les bras sur sa poitrine, ne pouvant rester insensible à ce sourire de petit con qu'il affichait fièrement. Elle avait toujours adoré son impudence, quoi qu'elle en dise et peu importe combien elle tentait de montrer le contraire. Parce que malgré tout, et malgré ce qu'il pouvait bien penser, il n'y avait eu personne d'autre lorsqu'elle fricotait avec le blond. Depuis son illusion brisée avec Elijah, Charlie n'avait que très peu céder au charme des hommes et Asling faisait parti des exceptions.

"Vous allez me châtier pour être parti ? J'ai cru comprendre que mes frères me poursuivaient encore..." Evidemment qu'ils continuaient. Pas pour l'attraper, juste pour rappeler aux autres que la fuite n'était pas une option. "Ils te poursuivent toujours, oui. Ce n'est pas dans mon intérêt qu'on pense le contraire..." laissa-t-elle sous-entendre. Des décennies. Des décennies que les nouvelles recrues -comme celles de l'époque- pensaient que Asling était intouchable, beaucoup trop fort pour eux, mais apparemment pas assez pour que Charlie abandonne les recherches. Que personne ne pouvait lui échapper en toute impunité. Ce qui, en soi, n'était pas le cas. N'importe qui était libre de partir s'il le voulait, mais la fuite était un sacrilège. Pas après tout ce que Charlie donnait à ces ingrates petites créatures. Elle avait imaginé une bonne centaine de fois ce qu'elle pourrait faire à ce cloporte si elle le recroisait un jour, et voilà qu'aujourd'hui il se pointait de lui-même, dans un endroit clos, seul et uniquement dans le but de la provoquer. Il était complètement insouciant et elle adorait ça.

Lentement, il s'avança vers elle et Charlie décroisa les bras, les laissant retomber le long de son corps. "Vous m'avez manqué... Vous particulièrement." Le sang de Charlie ne fit qu'un tour dans ses veines. En une fraction de seconde, elle plaquait son ancien amant contre le mur, serrant ses doigts autour de sa gorge. "Tu n'étais pas aussi formel lorsque tu venais dans mes draps, est-ce que ta fuite t'aurais provoqué des pertes de mémoire ?" ironisa-t-elle. Mais cette question n'attendait aucune réponse et elle serra un peu plus ses doigts pour ne pas lui laisser l'occasion de répondre. "Je ne t'ai pas envoyé qui que ce soit qui soit capable de te mettre la main dessus, alors dis moi, est-ce que aujourd'hui tu as une bonne raison de te jeter entre mes griffes avec tant de confiance en toi que tu es persuadé que je risquerai mon autorité auprès des autres en te laissant repartir ?" Elle le relâcha, mais uniquement pour s'écarter de lui et reprendre un semblant de contrôle sur sa colère. Pourquoi est-ce que tous les hommes qui lui faisaient les yeux doux se sentaient obligés de la tuer ou de fuir pour mettre un terme à leur relation ? "Qu'est-ce que tu fais en ville ?" Non pas qu'elle ne connaisse pas les dérives marginales de son infant, mais elle ne pensait pas une seconde qu'il était devenu un stalker pervers obsédé par une femme. Sinon elle aurait eu le fou-rire du siècle sous l'ironie de la situation.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 20/09/2018
Élite
Who am i !

Mother and Son. Feat. Charlie

MessageSujet: Re: Mother and Son. Feat. Charlie Sam 27 Oct - 14:56

Mother and Son
Charlie et Asling

« You're the devil in disguise, oh yes you are. »
Je ne suis pas ta mère, qu'elle me souffle, agacée... piquée dans sa fierté de femme fatale ? Qu'elle se rassure, mes sentiments - si l'on peut appeler cela ainsi - n'ont pas changé à son égard. " Et c'est bien dommage... " rétorquais-je lentement, d'un ton séduisant, les prunelles amusées ancrées dans les siennes. Je me redresse élégamment, fier coq de sa basse-cour. Miss Burberry est comme une mère pour moi, et malgré toutes ces années qui nous ont séparé, je lui suis toujours dévoué et loyal. Sa personne est au-dessus de toutes les autres créatures de ces bas-fonds, placée sur un piédestal qui lui est dû. Cette très vieille vampire m'a tant appris, notamment ce qu'était de faire partie d'une famille, d'avoir des frères et des soeurs, se battre pour eux. Je ne suis que son humble serviteur, et je mettrais un genou à terre devant elle, en signe de déférence, s'il fallait lui prouver. Elle m'appris que si j'étais toujours pris en chasse, c'était pour ne pas jouer contre elle... Mes élégants sourcils se froncèrent. " On en a après vous ? " grognais-je, brut, rude, je pourrais aisément devenir violent, pour elle.  Impétueux, j'étais prêt à éliminer quiconque lui causait le moindre tracas. Néanmoins, c'est peut-être pour mon existence que je devrais me faire du mouron. Effectivement, d'un mouvement habile et puissant, ma supérieure me plaque contre le mur, ses doigts serrés étouffent ma nuque. Cependant, seul un sourire rebelle s'esquisse sur mes lèvres. Insolent, et imprévisible dans l'âme, je place mes mains sur ses poignets et réaffirme sa prise, pour qu'elle m'étrangle d'autant plus férocement. Je suffoque, l'air me manque, la fin n'est plus très loin. Et je la provoque. Elle ne veut pas me tuer, je le sais, je le sens. Miss Burberry est toujours attaché à moi, comme je le suis à elle. Nous sommes liés pour l'éternité tous les deux. La sublime créature me relâche alors, et je la laisse s'exprimer, écoutant avec intérêt et amusement. Mais alors qu'elle s'écarte, je la rattrape, doucement, par la main. Pour l'attirer vers moi, puis changer nos places, à vitesse vampirique. La plaquant contre le mur, qui se fissure visiblement. " Vous m'êtes toujours incroyablement désirable... " murmurais-je suavement à son oreille, en laissant mon corps se déposer tout contre le sien, aux bons endroits, pour qu'elle sente ma ferveur à son égard. Cela ne tiendrait qu'à moi, je lui arracherai tous ses vêtements et laisserais mes bas instincts prendre tout le contrôle, contre ce mur sur lequel elle est savamment appuyée. C'était une des vampires les plus magnétiques de ce monde. L'une des plus belles également. Alors comment pourrais-je ne pas la désirer ? Mes yeux vairons, si particuliers, caressent les siens. " Ma présence ici... N'est dûe qu'à mon manque de résistance, et à la tentation agréable de vous retrouver, après toutes ces années. Votre odeur est toujours aussi remarquable. Je n'ai eu qu'à la prendre en chasse. " et j'en profite, pour l'inspirer quelques secondes, remontant le long de sa nuque. Nos corps toujours aussi proches.  Tandis qu'une de mes mains, aventureuse délimite sa hanche. Elle a toujours ces formes qui me rendent fou. " Et concernant votre... dureté quant à la fuite... Je dirai que personne n'est obligés de savoir que nous nous sommes revus. Cela pourrait être ... notre petit secret. " j'ai toujours été très joueur, et très peu réglo en affaire. Tâchant de la convaincre, je suis un fin manipulateur après tout, je couvre sa nuque de doux baisers, remontant jusqu'aux abords de ses lèvres. " Je ne fais rien d'autre en ville que de vous revoir, voyons... " j'ai beau m'y prendre avec tout le talent du monde, je suis un menteur, évidemment. Mais je n'allais pas lui parler de Dae... Même moi je savais qu'une telle information pourrait s'avérer mortelle, ou du moins, très dangereuse.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Mother and Son. Feat. Charlie

MessageSujet: Re: Mother and Son. Feat. Charlie
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un ours mal léché Feat Charlie l'ourson
» CHARLIE X)
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]
» Charlie-Swan (pas fini!!!)
» Charlie la licorne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-