RSS
RSS






 

Lire la suite
Le monde a changé. Une espèce supérieure a pris notre place. Des créatures qui n’existaient alors que dans les légendes. Mais la vérité, c’est que ces créatures, à la fois fascinantes et terrifiantes, sont bien réelles, et rôdent dans l’obscurité de notre monde depuis bien longtemps déjà. Je ne peux me résoudre à nommer ces êtres si particuliers. Je me dois cependant de vous les décrire. Je vous parle d’individus qui n’ont d’humain que l’apparence, et qui, à la lumière du jour, préfèrent les ténèbres de la nuit, plus propices à leurs activités sanglantes. Je vous parle d’êtres aux dents longues et suffisamment acérées pour percer la chair de votre cou et en faire perler le sang. Je vous parle de bêtes incontrôlables, obsédées par le besoin de s’abreuver, et qui ne reculeront devant rien pour l’assouvir. Et aujourd’hui, ces créatures sortent enfin de l’ombre. Parce qu’aujourd’hui, elles n’ont plus rien à craindre de l’Homme. Et nous, nous pauvres humains qui nous pensions si infaillibles, nous ne pouvons pas les arrêter. Et bientôt, il ne restera plus rien du monde d’antan que nous chérissions tant.

28/05/2018 Ouverture du forum
02/06/2018 Ouverture du jeu
08/07/2018 Modification du contexte et des annexes
02/08/2018 Changement de design


Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 10/05/2018
Immaculé
Who am i !

Who am I
Je suis: l'hybride immortel
Je ressemble à: Joseph Morgan
On me connaît aussi sous le nom de: /

Remember the Name

MessageSujet: Re: Remember the Name Sam 8 Sep - 16:41
❝ Remember The Name ❞
Ft. @Aurora Hawks


Il cédait volontiers à ses démons, les frasques sentimentales qui l’éprenaient avec autant de pathétisme. Il fronce les sourcils quand son esprit se rend finalement compte de l’ampleur de son geste. Lorsqu’il entrouvre les lèvres pour détruire l’instant solennel qui venait de vous lier, la douleur lui extorque un gémissement plaintif. Tu venais de te glisser et d’échapper à son emprise pour t’atteler aux débris qui s’étaient insidieusement enfoncés dans la chair de son dos. Il sent la douleur parsemer son être d’un millier d’éclat d’émotions. Son corps se cambre et la fièvre reprend ses droits : elle le vide progressivement de ses dernières forces et lui offre l’opprobre d’une nouvelle faiblesse. L’impuissance à laquelle il était soumis, suscitait en lui une rage qu’il ne pouvait exprimer et qui donnait naissance à un ressentiment plus vile encore : la frustration. Une plainte féline s’extirpe de ses lèvres et caresse l’air tout en broyant ses résolutions. Il ne savait pas ce qui lui faisait le plus mal : le poison, les plaies qui se referment lentement et lui font vivre un véritable calvaire… ou le fait d’arborer une image aussi pitoyable et empreinte d’asthénie devant toi.

Son regard se redresse dans le tien, tes lèvres aussi douces et charnues semblaient lui communiquer des douceurs auxquelles il n’avait plus droit. Il tente de se concentrer pour happer les sons et pouvoir te répondre. Mais un rire fébrile lui échappe, il passe sa langue entre ses lèvres sèches et finit par soupirer de lassitude. Ses mains se resserrent, ses jointures blanchissent sous la force inopinée qu’il exerçait dans cette pression désespérée.

« - Oh je t’en prie, ne prends pas mon geste pour un preux sacrifice, ne m’offre pas l’image du doux martyr. C’est pathétique. » Cracha-t-il plus amer pour lui-même que pour toi, dans une voix rauque. « - Je n’ai rien à sacrifier. Je suis immortel. » Siffla-t-il par à-coups, sa respiration bloquant le cynisme au creux de sa gorge et rendant ses quelques paroles bien plus insupportables à écouter pour lui.

Il relève son regard vers l’un des vitraux. Le dessin précédemment dessiner pour reformer une scène sacrée, avait perdu toute sa signification. Les rayons blafards de la lune créaient un halo de lumière et ciblait les quelques bancs épargnés par les précédentes déflagrations. Il fronce les sourcils. L’apathie de ses gestes et le manque de détermination dans ses membres, n’enlevaient en rien son esprit d’analyse.

« - Le poison ne va pas me tuer, l’antidote, c’est le temps. Il me faut du temps. »

Il exerce une douce pression sur ses avant-bras pour se redresser, non sans pousser une plainte presque bestiale. Il fallait que vous sortiez. Le calme, le silence douloureux qui s’éprenait peu à peu de la bâtisse n’augurait rien de bon. La fièvre rendait ses gestes plus lents et sa respiration plus douloureuse. Mais la colère qui émanait de tout son être, prenait progressivement l’ascendant sur ces quelques futilités. Son regard se parsemait peu à peu de petites paillettes dorées et ses crocs tranchaient ses gencives pour tenter de sortir. Il sent un long grondement traverser sa cage thoracique pour finalement s’évaporer dans l’air. Ses membres, ses bras, ses os… tout semblait vouloir reprendre leur forme originelle. Il se cambre violemment en avant et pose sa main sur la table de l’office, du moins ce qu’il en restait, pour trouver un appui. Sa mâchoire se déforme, les os de son dos commencent un à un à se briser dans un tintement presque irréel. Une plainte douloureuse lui échappe, mêlée à un cri de rage.

« - Eloigne-toi. » Articule-t-il entre ses dents. Son corps tentait de guérir et d’envoyer paître le poison qui avait pris bien trop de liberté. Voilà qu’il tentait de reprendre sa forme de loup : incontrôlable, dont l’instinct primitif était roi. Il serre à nouveau ses doigts contre le bois miteux de la table qui se brise sous la pression, sa respiration devient bruyante, un souffle presque surhumain lui échappe, son dos se voûte. Il tourne son visage vers l’arrière de l’église où le feu commence à prendre foyer. Un sourire ironique dessine les courbes de ses lèvres. Il devait parvenir à réprimer sa transformation, tout du moins à la différer. Il était difficile de refouler sa propre nature, de dissimuler en son sein ce que d’autres voient comme une monstruosité, de ne pas accorder à son entité, une totale liberté. Il n'était donc destiné qu'à l'incomplétude.



@Hell Rider



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 02/08/2018
Immaculée
Who am i !

Remember the Name

MessageSujet: Re: Remember the Name Ven 21 Sep - 21:28
Remember the name.


Il te fallait du temps, mais c’était loin d’être ce que vous aviez, les flammes commençaient à s’emparer de tout l’arrière du bâtiment et de ton côté, tu te torturais avec ta véritable nature pour te débarrasser du poison qui te rongeait, et elle, ignorant le rôle qu’elle avait au sein de cette situation chaotique, regardait les flammes, ensuite toi, et ainsi de suite plusieurs fois alors que tout semblait être au ralenti, elle restait figée là en finissant par te fixer en reculant inconsciemment, se raclant la gorge en tentant de réfléchir à une solution qui ne serait sûrement pas la bonne.

« Niklaus, les flammes...! »

Son inquiétude était bien plus importante plus les secondes défilaient, c’était soit elle mourrait dans les flammes, soit par la blessure que lui infligera une de tes morsures. Le choix était vite fais, le temps n’était pas à perdre, immédiatement elle s’avançait vers ta personne pour te faire face, découvrant véritablement pour la première fois ton regard doré qu’affichait ton côté lycanthrope, le même qu’elle avait aperçue de loin le soir ou le grand frère de ce fameux Shawn venait d’être tué dans cette sombre ruelle, intriguée et particulièrement impressionnée face à ça, ses yeux se plissaient légèrement tandis que ses sourcils se froncèrent lentement. Avant de déglutir, elle avançait lentement et avec peur et hésitation ses mains près de ton visage pour les poser sur tes joues.

« Regarde moi, regarde moi... » Dit-elle d’un murmure en forçant ton visage à se river en sa direction, tu pouvais retrouver toute la peur dans ses yeux, le reflet des flammes a l’arrière, et peut-être la vérité à propos de son mensonge sur le fait de tourner la page. Mais le moment n’était pas pour te reconquérir, cette fois elle pensait surtout à sa propre survie, ses mains se retiraient immédiatement lorsque le bruit d’une poutre s’effondrait et se fracassait sur le sol, son corps entier venait de sursauter au point qu’elle s’était éloignée pour regarder inconsciemment. Une main toujours posée sur ton bras pour être certaine que tu ne bouges pas, elle se retrouvait rapidement derrière toi, entourant ses bras autour de toi pour t’offrir la chaleur de sa peau et poser le côté de son visage contre ton dos tandis que ses yeux se fermaient.

« Tu peux te contrôler.. Il y a d’autres moyens. » Elle inspirait longuement avant de tirer légèrement sur tes bras pour te retourner face à elle, plongeant ses émeraudes dans les tiens. « Toi tu vas survivre, à coups sûrs. Moi... C’est moins certain. Et j’imagine qu’au fond de toi, c’est pas la meilleure façon de mettre un terme à mes battements de cœurs. » Elle tentait au mieux de te faire penser à autre chose, mais s’il fallait calmer cette pulsion qui te rongeait de l’intérieur, elle comptait ainsi tout tenter, à ses risques et périls. « Laisse moi t’aider... » Murmurait-elle en glissant ses mains jusqu’au col de ta veste tandis que lentement elle se relevait sur la pointe des pieds, approchant dangereusement son visage du tiens pour frôler tes lèvres de son souffle chaud, son regard remontait une dernière fois dans le tiens avant de se fermer au même moment ou ses lèvres entraient en contact avec les tiennes, te partageant ainsi quelques bribes de souvenirs qui te feraient oublier la douleur du poison qui se dispersait dans ton corps, pendant que ton esprit s’offrait quelques flash-back agréable, elle de son côté s’offrait une multitude d’artifices dans son ventre, comme ces dernières secousses et cette dernière explosion, tout était en elle brisant complètement ses murs et barrières installées pour ne pas retomber dans cet engrenage. Un long frisson parcourait son échine au point de sentir une vague de froid envahir l’entièreté de son corps. Pendant que lentement ses lèvres se mélangeaient aux tiennes, elle murmurait simplement « Je... » avant de sentir son corps sursauter lentement, mettant alors fin à ces belles images pour laisser place qu’à son image de femme forte qui n’était qu’à quelques secondes de s’effondrer au sol, si elle avait l’habitude des tortures, elle n’avait pas prit le temps de s’habituer aux grosses doses de verveines comme celle qu’elle venait de recevoir entre ses omoplates. Mais si ce n’était que ça, elle aurait pu s’en sortir, mais au moment même où elle se rendait compte de ce qui se passait, elle sentit cette longue flèche de bois transpercer la peau de son dos pour ressortir entre sa poitrine et pratiquement pointer ton torse, elle baissait son regard vers le projectile avant de te regarder qu’à peine une dernière fois avant d’inevitablement tomber sur le sol, te laissant face à un petit groupe de chasseurs qui avaient réussi à s’introduire dans le lieu, Aurora elle, se retrouvait rapidement inconsciente suite à l’énorme dose de veine de venus qu’elle venait de recevoir au moment même où elle avait l’espoir de réussir à calmer ton envie de prendre ton aspect naturel.






Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 10/05/2018
Immaculé
Who am i !

Who am I
Je suis: l'hybride immortel
Je ressemble à: Joseph Morgan
On me connaît aussi sous le nom de: /

Remember the Name

MessageSujet: Re: Remember the Name Dim 23 Sep - 23:16
❝ Remember The Name ❞
Ft. @Aurora Hawks


Il découvrait avec amertume que ses souffrances n’étaient jamais entièrement enfouies. Qu’il n’avait pas assez d’un seul corps pour dissimuler toutes ses cicatrices. L’immortalité ne lui conférait pas encore la grâce de s’exempter de ses maux pour avancer, délesté du fardeau de ses fautes. Il te toisait avec un fiel particulier, le poids de son impuissance irritant sa rétine et ébranlant lentement le fil ténu de ses émotions. Ses céruléennes étaient humides, la douleur qui parsemait son être n’était pas seulement physique. Ses os se brisaient et le cri qu’il voulait exhorter, s’attachait à sa gorge à l’en étouffer. Il était à la fois l’homme et la bête, et sa nature même ne parvenait pas à concilier ces deux êtres. Suscitant en son sein, un chaos indomptable dont il était désormais prisonnier. Son souffle se fit rauque, son corps se cambre… son esprit se laisse porter par tes gestes et les effluves d’un parfum au goût d’un passé révolu. Il fronce les sourcils et humecte difficile ses lèvres, ne portant plus assez de salive pour s’en repaître.

Tes paroles dont l’écho se perdait dans l’éternité, n’avait de cesse de tourbillonner sans qu’il ne puisse véritablement en saisir le sens. Mitigé entre l’envie de rompre le contact et de le faire perdurer. Mitigé entre l’envie de t’anéantir et de te serrer à t’en briser. Il serre la mâchoire et fait montre d’un dernier élan humble et puissant. Ses iris se dilatent, lentement son cœur s’arrête de battre. Le sang qui bout dans ses veines redouble sa cadence et entame une valse dont lui seul connaissait la partition. Il se transformait. Il le sentait, et il y avait quelque chose de terrifiant et d’exaltant à la fois. Se galvanisant d’être libéré d’un poids, se blâmant de céder si facilement à ses instincts les plus primaires.

Mais tout s’arrête. Les battements de son cœur semblent s’atténuer et apposer à l’instant, un chant solennel qu’on ne pourrait briser. Il ouvre enfin les yeux, ses lèvres happées par les tiennes. Il ne pouvait céder à l’attraction de vos corps, cela vous condamnerait à un exil nouveau, un fléau qu’il ne comptait pas réitérer de sitôt. Il fronce les sourcils et, inconsciemment entrouvre les lèvres, le baiser n’est rompu qu’au moment où tu le décides. Le bleu reprend ses droits sur l’ambre de son regard, et il entrouvre les lèvres pour daigner te glisser ces quelques mots :

« - Il n’est plus vile machination que de porter en héroïsme, un acte purement égoïste. »

Il ne pouvait laisser à l’aurore, le droit d’illuminer les ténèbres dans lesquels sont confort était acquis. Il fronce les sourcils, impérieux, son regard tranche le tien dans un air de profond mépris. Malgré la douceur de ses gestes et le profond calme qui venait de l’inonder. Malgré le poison qui s’était atténué et sa nature qui s’était tue. Il s’apprête à ajouter quelques paroles pour t’offrir le coup de grâce, mais il est devancé par les quelques impétueux. Qui, par leur incohérence venait de signer leur arrêt de mort.

Après avoir condamné l’église, ils ouvrent une brèche et pénètre dans la salle, probablement motivé par leur impatience puérile et stupide. Il hausse les sourcils et son regard s’agrandit légèrement sous la surprise, lorsque ton corps se cambre, que tes yeux se révulsent, et qu’il puisse contempler le fer maculé de ton sang, sortant du haut de ton buste pour frôler le sien. Il attrape ton corps avant qu’il n’épouse le sol et t’y dépose avec délicatesse, remontant instinctivement son regard vers celui de tes assaillants. Il retire la flèche et ne peut risquer de te faire boire de son sang, le poison étant toujours présent. Un sourire mauvais orne ses lèvres. La colère qu’il réprimait, allait être purgée. Cela conférait à son expression, un sourire de triomphe et un règne macabre.

Il s’avance dans l’allée et écarte légèrement les bras en sifflant d’un ton faussement badin :

« - Vous en avez mis du temps. Je commençais à m’impatienter. »

Et c’est dans un brouillard de poussière qu’il disparait. Son corps se glisse avec une vélocité telle, que les chasseurs n’ont pas le temps de recharger leur arme pour se défendre. Il ne fait pas de quartier, un à un les corps tombent, les cœurs s’arrêtent. Les têtes prennent congé de leur buste. Alors qu’il vide de son sang un jeune homme à peine devenu adulte. Il remonte son regard vers l’entrée, la bouche maculée du liquide carmin de ses précédentes victimes. Son sourire rend au tout, une aura morbide et particulièrement malsaine. Il hausse les sourcils et passe légèrement sa langue sur ses lèvres avant de souffler à l’attention des nouveaux arrivants, ses yeux prenant progressivement une teinte ambre.

« - Je peux faire ça toute la journée. »

Mais le doute s'installe, et les silhouette s'évanouissent pour laisser à Klaus, l'honneur de contempler le spectacle macabre qu'il venait de terminer.


@Hell Rider



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 02/08/2018
Immaculée
Who am i !

Remember the Name

MessageSujet: Re: Remember the Name Dim 30 Sep - 14:56
Remember the name.


Et pourtant, rien de ça n’était égoïste, mais suite aux événements désastreux qui venaient de se passer, elle n’avait pu le préciser. Son corps maintenant déposé soigneusement par tes soins, était complètement avachi sur le sol, à moitié inconsciente à cause de cette dose qui l’empêchait de bouger, ou même de crier quand tu lui ôtais ce bout de bois qui avait entièrement traversé son corps et frôlé de peu son organe vital. Son regard te suivait qu’à peine quand tu t’éloignais d’elle jusqu’à se fermer entièrement tandis que ses sourcils se froncèrent inconsciemment. La seule chose dont elle était encore capable c’était entendre ta rage et tes actes monstrueux qui d’un sens, la rassurait, ce qui s’exprimait dans un long soupire de satisfaction pendant que son corps lâchait totalement prise. Les flammes, elles, n’étaient plus très loin de leurs objectifs, s’emparer de tout le bâtiment pour le réduire en cendre emportant ainsi avec elles ce dernier baiser qui marquait, pour elle, le début d’un autre chapitre, l’acceptation de certaines choses enfuies depuis bien trop longtemps.

Une main remontait jusqu’à sa plaie qui ne cicatrisait pas due au manque de sang, de force, bien trop blessée par ses ravisseurs, Aurora tentait en vain de remonter son crâne et ouvrir ses yeux pour apercevoir sa blessure, son crâne bien trop lourd retombait sur le béton déjà brisé par les secousses. Elle sentait petit à petit, des petits morceaux de briques venant du toit qui l’encerclaient sur le sol, frôlant presque son corps, totalement paniquée et ne pouvant agir, elle se mit a respirer bien plus fortement en lâchant quelques bruits plaintifs à peine audible sauf pour un vampire aussi puissant que tu l’étais, le reflet des flammes changeait totalement la couleur de ses yeux ainsi que la température de son corps qui était de plus en plus proche d’elles. Tournant son regard vers la droite, elle te regardait exprimer ta rage et malgré le fait quelle était rassurée pour toi, elle manquait vraiment de souffle avec toute cette fumée et de force à cause de son corps à moitié paralysé.

« Niklaus aide moi...! » S’exclama t’elle difficilement, essayant de relever le haut de son corps tandis que les flammes s’approchaient de plus en plus, ses bruitages devenaient de plus en plus audible, elle tentait ainsi de reculer avec difficulté mais était rapidement bloquée par un gros débris.

Un long grognement, c’était la dernière chose qu’elle arrivait à faire pour t’avertir. Mais c’était sans doute la chose à ne pas faire, à la place de t’amener toi, elle avait attiré un des chasseurs venus en traitre, guidé par les bruits plaintifs qu’elle avait tenté de ne pas exprimer. Pointant une nouvelle fois son arme sur elle, la jeune femme comprenait rapidement que des balles de bois allaient encore traverser son corps jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien, elle pouffa faiblement de rire en le regardant.

« Regardez moi cet idiot.. A quel prix, dis-moi? Tu ne rendras fière absolument personne, personne n’entendra parler de toi... » Elle se mit à tousser grossièrement a cause de la verveine qui circulait en elle afin de brûler chaque parties de son corps. « Tu vas mourir, avant même d’avoir eu le temps d’appuyer sur la détente, pauvre petite chose pathétique... »

Elle lui esquissait un dernier sourire machiavélique, mauvais, confiant, il s’approchait de plus en plus et n’avait pas l’air très content suite à ces mots, assez déstabilisé. Aurora jetait un dernier coup d’œil rapide à la scène que tu produisais, jusqu’à croiser ton regard sombre et pourtant délivré, elle te souriait faiblement pour te faire comprendre quelque chose et reposait ensuite son regard sur son agresseur.

« Maintenant, je te prie, appuie et vois donc par toi-même ce qu’est le destin minable d’un être aussi faible que toi qui ose provoquer un homme aussi... Puissant, et tourmenté que Niklaus Mikaelson.. » Dit-elle d’un rire sadique, finissant par fermer les yeux pour ne pas voir une éventuelle balle partir de l’objet qu’il possédait, lui faisant bien comprendre qu’elle attendait que son acte.






Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 10/05/2018
Immaculé
Who am i !

Who am I
Je suis: l'hybride immortel
Je ressemble à: Joseph Morgan
On me connaît aussi sous le nom de: /

Remember the Name

MessageSujet: Re: Remember the Name Dim 7 Oct - 1:39
❝ Remember The Name ❞
Ft. @Aurora Hawks


Tant de pouvoir en quelques secondes dérobées au temps. Tant de puissance et d’exaltation face aux impuissants, et puis… plus rien. Juste ses pas frôlant la poussière sur le sol et évitant les décombres et les cadavres sans se soucier du souffle restant de ses dernières victimes. Rassasié, sa soif s’évinçait pour laisser libre court à la fatigue de ses muscles. Sa respiration se calme, son regard s’éclaircit et ses céruléennes jamais ne récupéreront leur éclat. Le terne leur seyait avec une mélancolie presque sereine. Il relève son menton et humecte ses lèvres, goûtant une dernière fois à la saveur ultime du sang des dernières combattants. Le champ de bataille était sien, mais sa victoire ne portait point le goût de son triomphe. Son ouïe est attirée par la querelle presque puérile que tu entretenais avec l’un des rescapés. Il remonte son regard noir vers ta silhouette, inclinant son visage pour contempler la faible musculature de ton assaillant. Ce dernier semblait ébranlé et totalement perdu. Les pulsations de son cœur s’accéléraient, ses mains devenaient moites, et de sa position, Klaus pouvait percevoir quelques gouttes perler sur sa nuque et se frayer un chemin le long de son échine.

Un léger sourire décore son faciès, se rapprochant à une vitesse telle, que le bruit de ses pas ne fut perceptible que pour les vampires présents. Sa main franchit le seuil de son dos, se fraye un chemin jusqu’à sa cage thoracique et attrape l’objet de sa convoitise. Ses prunelles, d’un bleu terne, te dévisagent tout en rapprochant son torse du dos du jeune chasseur. Ses lèvres proches de son oreille, il murmure, sans pour autant quitter ton regard à toi.

« - La vie n'est qu'une pièce de théâtre… Ce qui compte ce n’est pas le temps que tu accapares sur cette scène, mais que ton rôle soit parfaitement tenu. » Ses doigts se resserre sur l’organe vital du jeunot, un éclat de malice traverse les prunelles de l’hybride qui ne contemplait que ton regard, omettant presque la présence de sa victime. « - L’endroit où tu t’arrêtes n’a aucune importance… l’important… » Il souffle alors avec une délicatesse blasphématoire tout en arrachant le cœur. « - C’est que tu te ménages une bonne sortie. » Ses iris contemplent alors la chute de sa dernière victime, le cœur quittant sa paume pour rejoindre le sol déjà poussiéreux.

Les flammes rendaient à l’instant, une douce atmosphère chaleureuse et presque tragique. Son sourire, maculé du sang de ses ennemis t’offrait son dernier éclat. Il s’accroupit alors très lentement tout en haussant les sourcils.

« - Te voilà en bien fâcheuse position, ma jolie. ~ » Il réprime un léger rire, évitant de prendre de grande goulée d’air, épargnant ainsi à ses poumons la brûlure corrosive de la fumée qui comblait l’église. Il ravale sa salive et de sa main ensanglantée replace l’une de tes mèches correctement.

« - Mourir sur l’autel pour un ultime sacrifice à ta gloire passée, n’est-ce pas la mort tant rêvée pour une princesse dépravée ? » Il laisse cette fois-ci, le son cristallin de son rire briser le silence que ses paroles venaient d’imposer. Sa voix s’éraille, la fatigue et le poison ayant eu raison de ses dernières motivations. Il soupire alors et murmure à ta seule attention :

« - Promets-moi ton allégeance et je serais enclin à t’épargner. Je t’offrirai les derniers siècles que ton cœur semble quémander. Je te sortirai de ce taudis et tu pourras encore prétendre à toutes les convoitises que la vie peut t’offrir. »



@Hell Rider



Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Remember the Name

MessageSujet: Re: Remember the Name
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» .:' A love to remember... ':. ~ {PV R'hapsody}
» 03. Boy, one day you'll remember me !
» 08. Do you remember me, now ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-